Roei Freilich — Ma’ale ‘ashan (2014)

a4037994347_10

Ma’ale ‘ashan (מעלה עשן, « je fume » dans le sens colère contenue) est un excellent album. Roei Freilach fait un genre de new new wave délicieuse. Cela me rappelle un peu Pony Hoax. Les paroles et le chant sont en contrepartie plus humoristiques avec un côté pince-sans-rire façon Morrissey, sauf que je trouve Morrissey plus drôle. En effet le rôle d’amant déçu, dragueur, voire harceleur de Freilich ne trouve pas grâce à mes yeux. Son hébreu est assez ampoulé et finalement sibyllin ou ambigu. C’est dommage parce que la musique est parfaite.

Je ne t’en veux pas trop Roei, parce que tu me fais danser et c’est déjà beaucoup. Mais tu aurais pu devenir un de mes chouchous sans ces défauts.

רועי פרייליך, מעלה עשן, נענע דיסר, 2014.