Jane Bordeaux — Ma shehashuv (2017)

Je viens de voir que le groupe Jane Bordeaux (ג’יין בורדו) allait sortir un nouvel album le 1er août ! Doron Talmon (chant), Mati Gilad (contrebasse) et Amir Zeevi (guitare) sont de retour ! Vite vite, il faut que je vous parle de leur précédent sorti en 2017 : ma shehashuv, מה שחשוב, ce qui est important. Sachez d’abord que cet album est excellent à tous points de vue, un sans faute pour le trio de folk/country acoustique israélien. Vous pouvez acheter toutes les pistes et vous en délecter. Pour vous aguicher je vais vous faire écouter en particulier deux chansons de l’album en vous invitant à observer la tension entre les paroles et le ton.

Commençons par Ma shehashuv (מה שחשוב, ce qui est important) qui donne son nom à l’album. Regardez cet enregistrement merveilleux :

Continuer la lecture de Jane Bordeaux — Ma shehashuv (2017)

‘Erev shel shoshanim par Jane Bordeaux et Israel Gurion

‘Erev shel shoshanim (ערב של שושנים) est un classique de la chanson hébraïque. Un tube international. Écrit par Moshe Dor et mis en musique par Yossef Hadar en 1957, la chanson fit et fait encore le tour du monde. Elle a été reprise par Nana Mouskouri, elle est chantée dans les shuls nord-américaines, elle est présente sur tous les disques de « berceuses du monde ». C’est justement sur un chouette disque comme ça que je la découvris, en tiquant un peu, parce que le « h » de « ahava » (amour, אהבה) est presque raclé comme un son « r » sourd. Si on veut faire chic, ou snob, ou désuet, on peut prononcer le « h, ה » hébraïque à l’anglaise, bien qu’il ait tendance à disparaître dans l’hébreu de tous les jours. Mais le prononcer avec un « r » sourd comme un « khaf, כ » ? C’est exagéré. Je l’ai entendu plus d’une fois chanté par des non hébréophones et j’ai souvent entendu cette bizarrerie. J’ai cherché une version chantée par des Israéliens pour faire écouter à mon entourage comment le prononcer correctement. Et soudain, je suis tombé sur la meilleure version de tous les temps de cette chanson. Si j’ai le malheur d’y penser, je la mets, si j’ai le malheur de la mettre, je la remets compulsivement plusieurs fois. Il n’y a pas de raison que je sois le seul à subir cette malédiction, écoutez vous aussi ‘Erev Shel Shoshanim par Jane Bordeaux et Israel Gurion :

Continuer la lecture de ‘Erev shel shoshanim par Jane Bordeaux et Israel Gurion