Nouvelle rubrique : ילדים ונוער (enfants et jeunesse)

אדם צעיר_גליון 57_עטיפה
Adam Tsa’ir, un excellent mensuel pour les 7–11 ans.

Je crée une nouvelle rubrique pour mon blog : ילדם ונוער (enfants et jeunesse). Ça m’a pété après avoir lu deux livres écrits dans un hébreu particulièrement dur (notez que quand il y plein de mots d’origine araméenne, on vous la joue façon connoisseur). Je voulais des textes plus accessibles. Depuis une ou deux semaines, j’écume la littérature jeunesse et les livres pour enfants. Je me dis que ça pourrait plaire aussi aux hébraïsants qui ne se sentent pas prêts encore pour Amos Oz ou Zeruya Shalev (en vrai, eux, ce ne sont pas les plus inaccessibles !) ou bien aux Israéliens vivant en France qui cherchent des ouvrages en hébreu pour leurs petits.

Bref ! Vous trouverez rapidement plusieurs ouvrages dans cette nouvelle rubrique, et bien sûr quelques pépites. En attendant, vous pouvez vous replonger avec délice dans l’Histoire parfaite, Yoel a dit ou le merveilleux Soudain dans la forêt profonde.

Tous des oiseaux — Wajdi Mouawad (2017)

Screenshot from 2018-03-12 14-37-39
Affiche de la pièce

L’unique raison pour laquelle je suis allé voir la pièce Tous des oiseaux au théâtre de la Colline, c’est qu’elle avait été écrite par Wajdi Mouawad qui est un génie. Je n’ai ni l’hébreu ni Israël comme seuls intérêts dans la vie. Le hasard fait que cette pièce écrite en français et jouée en anglais, allemand, hébreu et arabe se passe en grande partie en Israël. Et évidemment, c’est génial. Bref, je vais me faire un plaisir de vous en parler.

Dans une bibliothèque new-yorkaise, Eithan, un biologiste, et Wahida, une chercheuse en sciences humaines, se rencontrent autour d’un livre de Hassan Ibn Muhamed el Wazzân, diplomate Marocain qui après s’être fait capturer par des pirates chrétiens se convertit au christianisme. Les deux tombent amoureux, mais les choses se compliquent vite, le père d’Eithan, israélien raciste et revanchard, est particulièrement hostile au fait que son fils vive avec une Arabe. Cette crise est le point de départ d’une quête de l’identité des deux jeunes héros.

Continuer la lecture de Tous des oiseaux — Wajdi Mouawad (2017)

Hila Ruach — rofaa ba maarav (2015)

« Une ourse grizzli m’a élevée,
Le lait d’étoiles était ma nourriture la plus chère,
La première chose que je vis des jours de ma vie et dont j’avais l’intention de me rappeler,
C’était moi. Comment pourrais-je oublier ? »
Yona Wallach — Ourse Grizzli.

a1512707431_10Le titre de l’album de Hila Ruach, rofaa ba maarav (רופאה במערב), « femme médecin à l’ouest », est-il une référence au sous-titre hébraïque de la série Docteur Queen, femme médecin, et si oui, que signifie-t-elle ? Je ne suis pas sûr de comprendre et ce n’est pas très grave. Ce qui est important, c’est de savoir que c’est un de mes albums de rock indé israélien préféré. C’est sur ourse grizzli (douba grizzlit, דובה גריזלית), un texte de Yona Wallach, que tout commence. Le poème est prononcé avec une voix détachée, soutenue par une grosse basse appuyée d’une batterie, de guitares électriques et de synthétiseurs. Je suis tombé amoureux du disque lors de ma première écoute, au moment où Hila chante « comment pourrais-je oublier » (‘aich ‘ouchal lishkoah, איך אוכל לשכוח). J’ai mis plus ou moins de temps à apprivoiser les autres pistes, mais le verdict est sans appel : cet album est un bijou.

Continuer la lecture de Hila Ruach — rofaa ba maarav (2015)

Yirmi Pinkus — Célibataires et veuves (2017)

bachelorsandwidows_master

J’avais très envie de lire ce recueil de quatre nouvelles, unanimement salué par la critique. Il est fait d’histoires de paliers, de corridors et de voisinage dans le vieux nord telavivien, à l’exception de la quatrième histoire se déroulant en Suisse. Falots, feutrés, solitaires, souvent distants, les héros ashkénazes transpirent dans ces récits une politesse froide qui exprime rarement son opinion, mais n’en pense pas moins.

Continuer la lecture de Yirmi Pinkus — Célibataires et veuves (2017)

Festival du cinéma israélien de Paris du 13 au 20 mars 2018

La 18e édition du festival du cinéma israélien de Paris aura lieu au Majestic Passy du 13 au 20 mars 2018. La programmation est riche et passionnante. Je regrette de ne pouvoir assister aux débuts du festival, j’essaierai de me rattraper en fin de semaine !

unnamed

Hadas Kleinman, Aviv Bachar — Pa’am akhat (2017)

a2325760880_10

Bachar et Kleinman, duo folk voire folktronica, propose ici un album très doux, très calme, plein de mélancolie, de mal-être, de poésie. La musique triste a la délicieuse vertu de me rassurer, je recommande particulièrement celle-ci pour accompagner agréablement les insomnies. Pa’am akhat (une fois, פעמ אחת) a été enregistré durant un hiver à Berlin. L’album est à l’image des photos du duo dans l’album : en noir et blanc, sombre, dépouillé, réfléchi,  élégant, contemplatif. Les paroles sont simples, en hébreu parlé, elles évoquent la solitude, la peur, la séparation, l’éloignement.

Plus je l’écoute, plus je l’aime.

Continuer la lecture de Hadas Kleinman, Aviv Bachar — Pa’am akhat (2017)

Ron Cahlili — Hatsarfokaïm (2018)

Tsarfokaï (צרפוקאי) est un mot valise méprisant composé de Tsarfati (français, צרפתי) et Marokaï (Marocain, מרוקאי). Il désigne les Français originaires du Maghreb qui ont fait leur alya ces dernières années (environ 40 000 nouveaux migrants).

En début d’année, Ron Cahlili (רון כחלילי) a sorti pour la télé publique (כאן 11, Kan 11) un documentaire en trois volets parlant de cette alya. Le documentaire s’appelle les Tsarfokaïm (הצרפוקאים). Je suis resté collé à mon écran plusieurs soirs, revenant sur certaines rencontres, sur des conversations à bâtons rompus… Cahlili donne à réfléchir sur Israël, sur la France, sur les politiques d’accueil et d’intégration des migrants, sur le racisme et les prophéties autoréalisatrices en général. Le documentaire est un genre dont je me méfie et je suis assez étonné d’avoir eu à ce point envie de vous parler de celui-ci, d’autant que le sujet est facilement polémique. Mais voilà, j’avoue que là, je me suis pris une bonne claque.

Continuer la lecture de Ron Cahlili — Hatsarfokaïm (2018)

Ensemble Hapiyout — Arba Otiyot, chants sacrés du Maghreb occidental (2017)

Le piyout est un chant religieux juif qui ne m’a jamais attiré plus que ça. Pourtant, je suis tombé complètement amoureux de cet album de l’Ensemble Hapiyout (אנסמבל הפיות, l’ensemble du piyout, the piyut ensemble) de l’institut Ben Tzvi (un centre d’étude sur les Juifs orientaux) en partenariat avec le centre de recherche de musique juive de l’université hébraïque de Jérusalem. L’album s’intitule Arba Otyot (ארבע אותיות, quatre lettres) en référence au tétragramme sacré.

Continuer la lecture de Ensemble Hapiyout — Arba Otiyot, chants sacrés du Maghreb occidental (2017)

Amir Ziv — Quatre pères [he] (2017)

d7a2d798d799d7a4d794_-_d790d7a8d791d7a2d794_d790d791d795d7aa2

Hé bien. Cela fait quelque jour que j’ai posé le livre et il continue de me tourmenter. Voilà un roman sur la paternité qui remue, écrit avec beaucoup de style et d’inventivité.

Continuer la lecture de Amir Ziv — Quatre pères [he] (2017)

Talya Eliav chante Barbara et autres reflets culturels

S’intéresser à une culture, c’est parfois recevoir un miroir de la sienne. D’une certaine manière, les œuvres que j’aborde ici ne sont pas représentatives de la culture israélienne dans le sens où je me concentre sur la création israélienne en hébreu, que beaucoup d’Israéliens ou d’Israéliennes choisissent d’ignorer pour regarder des séries américaines sur Netflix ou lire des polars anglais ou suédois. Pour alimenter ce blog, je parcours les pages cultures de Haaretz et d’Id’iot Aharonot et une bonne partie de leurs articles sont consacrés à des créations internationales, majoritairement occidentales et plus particulièrement américaines.

Cependant, la France est encore présente, dans des traductions littéraires, grâce à quelques films, et encore grâce à ses chanteurs et chanteuses de la génération passée. J’ai ainsi plusieurs fois écouté Brassens, le vendredi après-midi sur la radio de l’armée. Mais je suis vraiment tombé des nues en découvrant le travail de Talya Eliav et ses traductions de Barbara en hébreu.

Continuer la lecture de Talya Eliav chante Barbara et autres reflets culturels