Saisir un alphabet non latin à l’ordinateur, l’exemple de l’hébreu

Il est aisé aujourd’hui de saisir un alphabet non latin. Avec les tablettes et leurs écrans virtuels on change de clavier en un instant, la généralisation d’Unicode permet de travailler dans des environnements où toutes les écritures peuvent cohabiter. Cependant, si vous travaillez sur ordinateur cela peut être confortable de saisir du texte aussi avec un clavier physique, en particulier pour de la correspondance ou des textes un peu longs. Comment faire dans ce cas là ? Et bien il faut paramétrer le clavier de son ordinateur et adopter la disposition pour la langue que vous souhaitez (on trouve facilement les méthodes pour Windows, Mac OS X ou GNU/Linux). C’est bien, mais comment fait-on pour savoir quelle touche correspond à quelle lettre ? Même en changeant votre disposition de clavier au niveau logiciel, les lettres imprimées de votre prosaïque AZERTY ne bougent pas. Je vais vous raconter une discussion amusante à laquelle j’ai assisté entre deux amis pour illustrer deux méthodes intéressantes. Ensuite je vous donnerai ma méthode qui est évidemment la meilleure.

Rivka, une hébraïsante française avait une question à poser à Yossi, un ami israélien : « Yossi, demanda-t-elle ? Comment fais-tu pour saisir tes textes en hébreu sur l’ordinateur ?

— Ho, j’ai acheté un clavier avec les lettres hébraïques en Israël, répondit Yossi, et je le branche sur mon ordinateur. Ensuite il faut juste changer le clavier dans l’interface et tu peux taper en hébreu. »

Rivka fronça des sourcils et demanda : « pour l’arabe j’avais utilisé des autocollants avec les lettres que j’avais collées sur mon clavier normal, comme ça j’évite d’avoir deux claviers, ce n’est pas possible d’en trouver pour l’hébreu ?

— Ho si, répondit Yossi, on peut en trouver dans les librairies juives. Cela dit, j’avais essayé et ça ne m’a pas trop plu : les lettres se décollaient.

— Ha bon ? Moi je n’ai pas eu de problèmes avec mes lettres en arabe, elles sont restées bien collées.

— Bon. Ça peut-être qu’il vaut mieux que tu ne le répète pas, parce qu’il y en aura qui diront que c’est de l’antisémitisme. »

J’intervins alors dans la conversation pour leur donner ma méthode, qui est, je vous le rappelle, la meilleure. Ils me regardèrent comme un extra-terrestre et ignorèrent poliment ma suggestion. Pourtant, ma méthode est géniale. Avant de vous en parler, il faut quand même que je vous indique une autre manière de faire : il existe des claviers phonétiques (comme celui du SIL) où l’on fait correspondre des lettres du clavier QWERTY avec les lettre hébraïques (Par exemple q -> ק). Bon, c’est peut-être pas mal pour les gens qui utilisent le QWERTY, mais ça devient compliqué pour les utilisateurs d’AZERTY. Bref, revenons à ma méthode.

Grâce à ma méthode, je peux saisir du texte un hébreu depuis n’importe quel ordinateur dans le monde. Et ce pour une raison très simple : je connais par cœur la disposition du clavier. Je n’ai pas besoin d’avoir les lettres imprimées sur le clavier : je sais où elles sont. Apprendre les lettres par cœur ne vous prendra pas plus de temps que de les repérer sur un clavier hébraïque natif ou décoré d’autocollants. Vous aurez ensuite un avantage certain : vous ne dépendrez pas d’un clavier particulier pour taper en hébreu, vous pourrez le faire depuis n’importe quelle machine ! De plus au lieu de regarder votre clavier vous regarderez ce que vous écrivez et pourrez ainsi repérer plus vite certaines fautes.

Impression d’un clavier hébraïque habituel avec surlignage de la position des doigts au repos.

Mais alors, comment marche cette méthode magique ? Comment apprendre par cœur un clavier ? Commencez par imprimer la disposition du clavier (on trouve facilement ces dispositions sur Wikipedia). Ensuite, entourez sur cette impression les touches où vos doigts seront au repos sur la rangée centrale. Les index sont posés sur les touches avec des encoches (F et J sur un clavier AZERTY, correspondant respectivement sur le clavier hébraïque aux lettre כ et ח), les autres doigts reposent chacun sur une touche, sur la même ligne à la suite des index. Essayez, vous comprendrez.

Extrait du Dvorak Zine expliquant la technique.
Autre extrait du Dvorak Zine.
Un exemple d’installation à mon bureau. Je ne regarde jamais le clavier, juste l’écran, éventuellement la carte (en vrai, je n’en ai plus besoin maintenant, je l’ai mis pour la photo).

Posez votre carte de clavier avec la rangée centrale signalée à côté de votre écran et commencez à saisir du texte. Ne regardez pas le clavier, regardez votre carte et déplacez le doigt le plus proche de la lettre que vous voulez saisir vers cette lettre. C’est tout. En moins d’une heure, vous aurez appris la position de toutes les lettres. Il vous faudra deux ou trois semaine pour taper avec aisance et un peu de vitesse. Avec l’entraînement, vous deviendrez une véritable machine à taper en hébreu.

Allez hop, on tape en russe ? Хорошо !

Vous vous posez peut-être des questions sur les voyelles et autres signes ? Ha. Bon eh bien là ça dépend des systèmes, à vous de les trouver ou pas. Avec GNU/Linux, il y a un chouette système mémotechnique (alt gr + ד -> dagesh, alt gr + ק -> qamats…). Je ne cantille jamais le texte, si vous avez besoin de tout le bazard pour cantiller, il faut que vous vous tourniez vers le clavier hébraïque et biblique TIRO. Il a l’avantage d’être disponible sur tous les systèmes.

Connaître des claviers, c’est comme connaître des langues, ça ne s’oublie pas tant qu’on en fait régulièrement. Si vous faites déjà de la dactylographie, vous ne perdrez pas vos habitudes. Si vous n’en faites pas… Permettez moi de vous encourager à le faire, avec la même méthode que je préconise pour apprendre l’hébreu. Cela a un prix : pendant trois semaines environs, votre frappe et votre travail sera ralenti. Cela dit, votre frappe sera ensuite meilleure car plus rapide et plus précise.

La clavier Bépo ❤️.

Si vous avez envie de passer le cap et vous mettre à la dactylographie, puis-je vous suggérer de vous mettre au Bépo plutôt qu’à l’AZERTY ? Le Bépo est une disposition réfléchie pour être plus ergonomique pour saisir du français. Pour moi son grand intérêt est qu’elle contient un très grand nombre de caractères que l’on retrouvera au même endroit sur tous les systèmes quand Azerty est un peu différent selon que l’on soit sur Mac OS X, Linux ou Windows. On peut avec saisir toutes les langues européennes en écriture latine, de nombreux symboles typographiques ou monétaires, la plupart des diacritiques utilisés dans la translittération… Bref, c’est un investissement très intéressant. C’est en lisant de Dvorak zine (un fanzine faisant la promotion d’une disposition de clavier ergonomique pour l’anglais) que j’ai eu envie d’apprendre la dactylographie avec Bépo (un genre de Dvorak français). Depuis, j’applique cette méthode à chaque nouvelle langue que j’apprends.

Voilà, merci de m’avoir lu !

Publié par

Nicolas Legrand

J'aime beaucoup la clarinette et l'hébreu. Parfois, je fais de l'informatique en bibliothèque.

Une réflexion sur “Saisir un alphabet non latin à l’ordinateur, l’exemple de l’hébreu”

  1. Je te suis, j’avais fait du même genre pour le grec, nettement plus confortable que les claviers virtuels et les plocs plocs qui s’enchaînent !

    J'aime

Répondre

Entrez vos coordonnées ci-dessous ou cliquez sur une icône pour vous connecter:

Logo WordPress.com

Vous commentez à l'aide de votre compte WordPress.com. Déconnexion /  Changer )

Photo Google

Vous commentez à l'aide de votre compte Google. Déconnexion /  Changer )

Image Twitter

Vous commentez à l'aide de votre compte Twitter. Déconnexion /  Changer )

Photo Facebook

Vous commentez à l'aide de votre compte Facebook. Déconnexion /  Changer )

Connexion à %s