Un pashkevil parodique

pashkevil
Le pashkevil parodique.

J’ai réalisé une affiche de publicité pour le blog sous forme de pashkevil [en]. Pashkevil est un mot originaire du yiddish qui, après des détours étranges, vient de l’italien pasquinata : des placards satiriques collés sur la statue de Pasquin à Rome. Un pashkevil en hébreu ou en yiddish, c’est un placard collé dans un quartier ultra-orthodoxe qui donne des informations, mais le plus souvent qui accuse ou condamne avec virulences des hommes, des femmes, des pratiques ou des institutions. Il y en a beaucoup qui s’agacent par exemple contre l’enrôlement obligatoire dans Tsahal, d’autres pour qui l’idée que les bus qui passent dans le quartier soient conduit par des femmes est insupportable… Ce genre de choses. Ils peuvent contenir des mots ou phrases en yiddish et être écrits dans un hébreu archaïque. Le style peut être très affecté, scandalisé et catastrophiste. La typographie en général me fascine : les textes sont tassés et austères, ils ne lésinent pas sur l’emphase en utilisant des grandes tailles de caractères en jouant sur la graisse et en mélangeant plusieurs fontes.

marroco
Pashkevil attaquant l’éducation des « mécréants sionistes » pour les enfants marocains. Source : NLI.

Ma publicité est une parodie de pashkevil. Vous pouvez vous aussi télécharger le PDF pour l’imprimer et l’afficher dans vos universités, sur vos lieux de travail, voire à la maison, parce que ça fait joli. J’ai utilisé principalement des fontes du projet Culmus pour ce texte. Keter YG (inspiré du codex d’Alep) pour le titre, Shofar pour le texte, Trashim pour le nom du blog. Le texte en français et les URL sont en Courier. Je remercie vivement une amie dont l’hébreu est la langue maternelle et qui a fait de nombreuses suggestions et corrections dans mon texte. Pourquoi un pashkevil ? En fait je suis assez fasciné par le média. Je le trouve beau et la force qu’il dégage est déroutante. Si un jour je vais à Jérusalem, je n’aurais pas très envie d’aller voir le Kotel. En revanche, j’aimerais beaucoup aller lire les pashkevilim sur les murs de Me’a She’arim. La bibliothèque nationale d’Israël les collecte, il s’agit d’un véritable pan de la culture des communautés ultra-orthodoxes. C’est souvent une des choses les plus visibles en dehors de ces communautés, parce qu’ils évoquent souvent les achoppements entre les communautés juives ultra-orthodoxe et les autres citoyens. Ces points reviennent souvent dans les médias israéliens : sacralité du shabbat, enrôlement dans l’armée, séparation des hommes et des femmes, scolarité tournée uniquement vers les textes religieux, négation de la théorie de l’évolution, opposition à l’existence de l’État d’Israël…

against_kuk
Pashevil de 1933 s’attaquant au rav Kook. Source : NLI.

Il est facile, lorsque l’on ne connaît pas ces communautés assez fermées, de ne les voir que comme constituées de gens bizarres et de les considérer que sous l’angle des rencontres difficiles qu’elles ont avec le monde auquel nous avons l’impression d’appartenir. Si jamais les ultra-orthodoxes sont pour vous uniquement des gens étranges et extrémistes, jetez donc un œil à l’excellente série israélienne Shtisel, une famille à Jérusalem. Cette fiction nous fait découvrir le quotidien d’une famille ultra-orthodoxe. Leurs principales préoccupations sont en fait bien éloignées des points de frictions au travers desquels on les voit d’ordinaire. On y découvre des gens qui restent finalement très humains.

Voici la traduction du pashkevil parodique :

Jerusalem_Mea_Shearim_posters
Homme lisant des pashkevilim à Me’a She’arim (bientôt le mien ?). Source : Wikipedia.

Malheur [en yiddish dans le texte] !!! Fils d’Israël, gardez vous d’un blog honteux en français. Ce blog de malice publie des articles sur la culture des pêcheurs de l’État d’Israël. Vous n’y trouverez rien pour les Juifs suivant la loi. Presque chaque semaine est publié un article nouveau et dégoûtant sur une ineptie quelconque : un écrivain, un musicien ou on ne sait quoi. Le nom du blog est : Sipourim VeShirim.

En aucun cas ne lisez ce blog honteux. Il est écrit en français, ainsi qui ne lit pas le français est sauvé, par la grâce de Dieu. Cela dit, si vous savez effectivement lire le français, vous êtes en grand danger ! Vous trouverez en ce lieu des histoires de gens commettant l’adultère, comme dans Douleur de Zeruyah Shalev. Et ce n’est pas encore le pire. Il y a là des histoires d’assimilation, Dieu nous protège, comme dans Le temps des prodiges de Aharon Appelfeld ou dans Sous la même étoile de Dorit Rabiniyan. Vous trouverez aussi une histoire de Meir Shalev dans laquelle il déclare que שתיים דובים (deux ours) est une faute en hébreu dans la Bible. Comme s’il y avait des fautes dans la Bible ! Dieu ait pitié de nous. Et ce n’est pas tout. L’auteur du blog qui nous pousse au péché écrit aussi à propos des gentils, comme par exemple au sujet de Luna Abu Nassar. Il y a aussi des histoires avec des homosexuels comme le chant Déluge de Rona Kenan ou le film Tu marcheras sur l’eau de Eytan Fox. Vous ne le croirez pas, mais il y a aussi une section livres et chants pour enfants. Prenez gardes à nos chers enfants, ne leur lisez pas Peut-être qu’un écureuil viendra d’Avirama Golan. Il n’y a que pour les Juifs orientaux qu’il y a une chose intéressante : une critique d’un bon album de L’ensemble Hapiout avec des beaux pioutim du Maroc. En dehors de ça, ce blog est une disgrâce, un déshonneur pour la véritable culture juive qui se concentre sur notre torah, nos commandements, nos pères, nos rabbins et notre Dieu. Tout ceux qui liront ce blog iront en enfer et que la malédiction de Dieu soit sur leur tête !

Publié par

Nicolas Legrand

J'aime beaucoup la clarinette et l'hébreu. Parfois, je fais de l'informatique en bibliothèque.

Laisser un commentaire

Entrez vos coordonnées ci-dessous ou cliquez sur une icône pour vous connecter:

Logo WordPress.com

Vous commentez à l'aide de votre compte WordPress.com. Déconnexion /  Changer )

Photo Google+

Vous commentez à l'aide de votre compte Google+. Déconnexion /  Changer )

Image Twitter

Vous commentez à l'aide de votre compte Twitter. Déconnexion /  Changer )

Photo Facebook

Vous commentez à l'aide de votre compte Facebook. Déconnexion /  Changer )

Connexion à %s