Maboul — Rona Kenan (2004)

Rona Kenan est peut-être la première chanteuse israélienne que l’on m’a recommandé. Je suis allé l’écouter et je n’ai rien entendu de convaincant alors. J’étais un peu surpris par l’engouement qu’elle suscitait. Enfin, ce genre de chose arrive. C’est au détour de la chaîne youtube de la radio de l’armée, Galgalatz, que je l’ai écoutée à nouveau. Juste une guitare, sa voix et un grand t-shirt blanc. J’ai fondu.

Qu’est-ce qui s’est passé ? Je ne sais pas. Je crois que c’est simplement la voix. Sa voix enveloppe, protège. Elle est tellement présente que j’ai le sentiment de pouvoir la toucher. Maboul (מבול, déluge) est une chanson parfaite, une chanson de rupture. Kenan l’a écrite à 17 ans après s’être séparée d’une amie avec qui elle était depuis deux ans. Mais les paroles qu’elle a écrites alors étaient en anglais et la chanson s’appelait Earthquake, tremblement de terre.

Quelques années plus tard, au moment de faire son premier album, la production a insisté pour que la chanson soit réécrite en hébreu. Cette chanson était sa meilleure chanson à l’époque, faire un album sans n’avait pas de sens. La réécriture fut extrêmement dure. Le titre lui-même fut changé, le tremblement de terre est devenu une catastrophe plus hébraïque, plus biblique : le déluge. Il y a eu une autre hésitation aussi due aux caractéristiques de la langue : en hébreu les genres sont très présents. La version anglaise pourrait aussi bien être chantée en parlant d’un homme, la version hébraïque ne laisse pas d’ambiguïté. Maboul est la première chanson ouvertement lesbienne du répertoire hébraïque. Le clip officiel est lui aussi sans ambiguïté à ce sujet :

Kenan a réussi l’épreuve incroyable de devoir revenir sur son travail et de créer une chanson aussi réussie que l’originale. Les sonorités changent, le texte aussi, mais il s’agit toujours de la même chanson. Écoutez l’original :

Je vous propose des traductions assez littérales des deux chansons pour en apprécier les différences et les points communs :

אם נשרוד את המבול הפעם
כל חיוך יהיה שונה, נגוע
אם אחזור על זה עוד ועוד ועוד
תשארי עשרים שנה או עד סוף היום
למדנו לחכות ולוותר ואיך להיזהר, מכל מילה

Si nous survivons au déluge cette fois,
Tout sourire sera différent, infecté.
Si j’y revenais encore, encore et encore,
Resterais-tu vingt ans ou jusqu’à la fin de la journée ?
Nous avons appris à attendre et à abandonner et comment faire attention, à chaque mot.

והכל יקפא פתאום
אם יהיה לנו רגע לעצור בפינת רחוב
לחבק ולעזוב
כאילו שאפשר בכלל לדעת להרפות
לאהוב פחות

Et tout serait figé, soudain,
Si nous avions un moment pour nous arrêter au coin d’une rue,
Pour nous embrasser et nous quitter.
Comme s’il était possible en général de savoir se relâcher,
De savoir moins aimer.

בחיוך פרוע עוד אבוא לגבות חובות
לשבור חומות ולהעיר אותך
למרות שאין דבר שלם יותר מהכאב שמתנגן
בשיר אחר

Avec un sourire sauvage je viendrais encore percevoir des dettes,
Briser des murs et te faire des remarques,
À moins qu’il n’y ait une chose plus entière que la douleur qui se joue
Dans une autre chanson.

 

If we manage to survive this earthquake will we ever be the same?
I don’t know
If I ask you to, many many times, will you stay for fifteen years or more?
I’ll never try and change you, you say Oh, but how I’ve changed. You may never know
Si nous réussissons à survivre à ce tremblement de terre, ne serons-nous  jamais les mêmes ?
Je ne sais pas.
Si je te le demande, plusieurs, plusieurs fois, resterais-tu pour quinze ans ou plus ?
Je n’essaierai pas et ne te changerai pas, tu dis
Oh, mais j’ai changé. Tu ne le sauras peut-être jamais.
But today is fine for me,
if I meet you by accident in a street corner with a smile,
and I’ll hold you for a while,
until you have to run again
I’ll take the risk
I can take the risk
Mais aujourd’hui c’est bon pour moi,
Si je te croisais par hasard au coin d’une rue avec un sourire,
Et que je te tenais dans mes bras pour un moment,
Jusqu’à ce que tu doives partir à nouveau,
Je prendrai le risque,
Je peux prendre le risque.
Can we change the rules now,
can we switch sides, turn off the lights and wake up over again?
I’m gonna have to learn to sing along to a different song and let it rock me Yeah, let it rock me
Peut-on changer les règles maintenant,
Peut-on changer de côté, éteindre la lumière,
Et se réveiller de l’autre côté à nouveau ?
Je vais devoir apprendre à chanter le long d’une chanson différente
Et la laisser me bercer
Oui la laisser me bercer

La plupart des informations sur cette chanson viennent d’un podcast génial de l’émission Shir ‘Ehad : שיר אחר, מבול, רונה קינן.

Publié par

Nicolas Legrand

J'aime beaucoup la clarinette et l'hébreu. Parfois, je fais de l'informatique en bibliothèque.

Laisser un commentaire

Entrez vos coordonnées ci-dessous ou cliquez sur une icône pour vous connecter:

Logo WordPress.com

Vous commentez à l'aide de votre compte WordPress.com. Déconnexion /  Changer )

Photo Google+

Vous commentez à l'aide de votre compte Google+. Déconnexion /  Changer )

Image Twitter

Vous commentez à l'aide de votre compte Twitter. Déconnexion /  Changer )

Photo Facebook

Vous commentez à l'aide de votre compte Facebook. Déconnexion /  Changer )

w

Connexion à %s