Chava Alberstein — Had Gadiya (1989)

J’ai découvert Chava Alberstein par sa chanson la plus célèbre dans la première scène du film Freezone d’Amos Gitai. Il faut quelques instants pour comprendre que c’est un début spécial, que toute la chanson va être diffusée. Alors on l’écoute, avec Nathalie Portman pleurant en gros plan. Toute la folie du conflit israélo-palestinien est condensée dans cette chanson à accumulation. Had Gadyia (un chevreau) est un chant de Pessah en araméen ici traduit en hébreu. Il ne subsiste en araméen que le début de la chanson : Dizabin abba bitre zuze / had gadiya, had gadiya  : pour deux zouzim mon père acheta / un chevreau, un chevreau  ». Ce vestige de l’original est répété comme une litanie durant toute la chanson.

Alberstein a repris la mélodie d’alla fiera dell’este d’Angelo Branduardi (1976). Le son de la nouvelle chanson est fait de synthétiseurs, samplers, d’un saxophone et d’une batterie. Il est très ancré dans les années 1980. Chaque couplet reprend le précédent en ajoutant une créature ou un objet qui tue la précédente. Le chevreau est tué par un chat, lui même tué par un chien… Arrivée au bout de la chanson, Albertstein se met à se parler, se demande pourquoi elle chante Had Gadiya, ce n’est ni le printemps, ni Pessah. Dans ce nouveau couplet, elle se demande si elle a changé, elle se demande si cette folie va s’arrêter. Et c’est à ce moment qu’elle dit les vers qui finissent d’exprimer le message politique qui se profilait dès le début :

Avant j’étais un mouton, un chevreau serein,
Aujourd’hui je suis un tigre et un loup prédateur.

loshidur-552x600
Ma’ariv, 7 décembre 1989, en titre de colonnes : « inacceptable », le tampon : « ne pas diffuser ».

Ça n’a l’air de rien peut-être, mais cela a fait scandale. Il y a eu des appels pour faire interdire la chanson. Sortie en 1989, en pleine Intifada, l’œuvre critique les actions de l’État israélien. La spirale sans fin de violence aura raison de tous les innocents qui se transformeront chacun à leur tour en bourreaux avant d’être tués eux-même. Le dernier vers, désespérant, renvoie au début : Notre père acheta un chevreau pour deux zouzim / Et à nouveau on recommence au début. Malgré les critiques, la chanson est devenue très populaire et est fréquemment diffusée.

Cette chanson et l’album London dont elle est issue, restent pour moi un OVNI dans la carrière d’Alberstein. Pour moi, Alberstein, c’est vraiment une chanteuse à guitare, avec une voix grave, de ses débuts à ses albums les plus récents. Ici sa voix est plus perchée et il n’y a pas de guitare, mais quand on parle d’Alberstein, c’est souvent cette chanson que l’on évoque en premier.

Née en Pologne en 1946, Eva Alberstein fait son alyah en 1951 et prend alors la forme hébraïque de son prénom : Chava, comme il était courant de faire à l’époque. Elle commence à chanter dans les années 1960 et devient une des grandes chanteuses d’Israël. Travailleuse infatigable, elle est aussi une des plus prolifique : après plus de soixante albums, et elle n’a toujours pas pris sa retraite !

Je vous propose pour finir une traduction de la chanson :

Dizabin abba bitre zuze,
Had gadiya, had gadiya.

Notre père acheta un chevreau pour deux zouzim
C’est ce que raconte l’histoire.

Vint un chat qui dévora le chevreau
Un petit chevreau, un chevreau blanc.
Vint un chien qui mordit le chat,
Qui dévora l’agneau, que notre père apporta.

Dizabin abba bitre zuze,
Had gadiya, had gadiya.

Et de nulle part apparut une grande canne,
qui battit le chien, qui aboya bruyamment,
Le chien qui mordit le chat,
Qui dévora le chevreau, que notre père apporta.

Dizabin abba bitre zuze,
Had gadiya, had gadiya.

Et alors surgit le feu,
Et il brûla la canne,
Qui battit le chien fou,
Qui mordit le chat,
Qui dévora le chevreau,
Que notre père apporta.

Dizabin abba bitre zuze,
Had gadiya, had gadiya.

Et vint l’eau qui éteignit le feu
Qui brûla la canne,
Qui battit le chien, qui mordit le chat,
Qui dévora le chevreau, que notre père apporta.

Dizabin abba bitre zuze,
Had gadiya, had gadiya.

Et vint le taureau qui but l’eau,
Qui éteignit le feu,
Qui brûla la canne,
Qui battit le chien, qui mordit le chat,
Qui dévora l’agneau, que notre père apporta.

Dizabin abba bitre zuze,
Had gadiya, had gadiya.

Et vint le shohet [abatteur rituel juif] qui occit le taureau
qui but l’eau,
Qui éteignit le feu,
Qui brûla la canne,
Qui battit le chien,
Qui mordit le chat,
Qui dévora l’agneau, que notre père apporta.

Et vint l’ange de la mort qui tua le shohet
Qui occit le taureau,
Qui but l’eau,
Qui éteignit le feu,
Qui brûla la canne,
Qui battit le chien, qui mordit le chat,
Qui dévora l’agneau que notre père apporta.

Dizabin abba bitre zuze,
Had gadiya, had gadiya.

Et pourquoi donc tu chantes had gadia ?
Le printemps n’est pas venu et Pessah n’est pas arrivé.
Et qu’est-ce que qui a changé pour toi ? Qu’est-ce qui a changé ?
Moi, j’ai changé cette année.
Et toutes les nuits, toutes les nuits,
Je n’ai posé que quatre questions.
Cette nuit j’en ai une de plus,
Jusqu’à quand continuera ce cercle vicieux ?
Le chasseur est chassé, les coups sont rendus.
Quand est-ce que cette folie s’arrêtera ?
Et qu’est-ce que ce qui a changé pour toi ? Qu’est-ce qui a changé ?
Moi, j’ai changé cette année.
Avant j’étais un mouton, un chevreau serein,
Aujourd’hui je suis un tigre et un loup prédateur.
J’étais une colombe, j’étais une gazelle,
Aujourd’hui je ne sais qui je suis.

Dizabin abba bitre zuze,
Had gadiya, had gadiya.

Notre père acheta un chevreau pour deux zouzim
Et à nouveau on recommence au début.

Références [he]

חווה אלברשטיין, חד גדיא, 1989.

חן מלול, ה »חד גדיא » הטורף של חוה אלברשטיין, זהו מאמר שבבלוג של הספריה הלאומית שבו למדתי הרבה על השיר.

Publié par

Nicolas Legrand

J'aime beaucoup la clarinette et l'hébreu. Parfois, je fais de l'informatique en bibliothèque.

Laisser un commentaire

Entrez vos coordonnées ci-dessous ou cliquez sur une icône pour vous connecter:

Logo WordPress.com

Vous commentez à l'aide de votre compte WordPress.com. Déconnexion /  Changer )

Photo Google+

Vous commentez à l'aide de votre compte Google+. Déconnexion /  Changer )

Image Twitter

Vous commentez à l'aide de votre compte Twitter. Déconnexion /  Changer )

Photo Facebook

Vous commentez à l'aide de votre compte Facebook. Déconnexion /  Changer )

Connexion à %s