Avirama Golan — Peut-être qu’un écureuil viendra [he] (2017)

 

ulay_yavo_snai2Peut-être qu’un écureuil viendra  (אולי יבוא סנאי) est un livre pour enfant en hébreu d’Avirama Golan, très joliment illustré par Raaya Karas. L’histoire se déroule en suivant les jours de la semaine. Chaque jour, Éla prend avec elle à manger pour elle, ainsi qu’une noisette, parce que peut-être qu’un écureuil viendra. Chaque jour, elle rencontre un nouvel animal qui lui demande quelque chose qu’il aime manger et qu’elle n’a pas. Le jour suivant, elle prend de la nourriture pour chaque animal qu’elle a rencontré ainsi qu’une noisette, parce que peut-être qu’un écureuil viendra.

L’histoire suivant le cours d’une semaine et le thème de la nourriture fait penser à la célèbre chenille qui fait des trous [en] d’Éric Carle. Le texte est cependant ici plus long et utilise à la place des anaphores des récapitulations : la liste des aliments qu’Éla apporte pour chaque animal est répétée et s’allonge chaque jour. Le vocabulaire, riche et varié, est centré sur les déplacements, la nourriture et les animaux. Le style est un langage familier auquel la vocalisation stricte donne une patine amusante (je note à ce propos que j’ai pris de nombreux défaut de l’hébreu parlé. J’ai rembobiné mes cours de grammaire).

Le texte est très rythmé par les jours de la semaine et les récapitulations, mais il se répète peu. Avirama y pose ludiquement des petites différences réjouissantes qui empêchent la monotonie.

L’attente et l’espoir d’Éla sont appuyés par les illustrations de Karas. Elles expriment la mélancolie, la solitude et la curiosité. Elle mettent bien en avant les grandes qualités d’Éla : la patience, la générosité et la persévérance.

C’est la troisième collaboration entre Golan et Karas. Cela donne envie de découvrir les autres. D’autant que Golan semble souvent saluée par la critique. Notez qu’elle a aussi traduit Winnie l’Ourson et Peter Pan en hébreu, comme elle a une jolie plume, cela doit valoir le détour.

Voici un très beau livre, un très bon exercice de lecture pour les hébraïsants et leurs enfants. Si vous voulez vous assurer de la bonne prononciation, n’hésitez pas à vous tourner vers le livre audio, lu par l’autrice elle-même. Bien articulé, elle peut glisser vers une prononciation plus israélienne (בבקבוב, « dans une bouteille », vocalisé bevakbouk, devient babakbouk, « dans la bouteille »). Personnellement, j’y ai découvert que écureuil en hébreu (סנאי) se prononçait « sna-i » et pas « snaï ».

Références [he]

אבירמה גולן ,איורים: רעיה קרס, אולי יבוא סנאי, כנרת, זמורה-ביתן, דביר, 2017. מסת »ב: 978-965-566-525-3.

לקנות: באתר סימניה, באתר אייקסט.

הספר אצל נוריתה. מאמר ב”הארץ“.

 

Publié par

Nicolas Legrand

J'aime beaucoup la clarinette et l'hébreu. Parfois, je fais de l'informatique en bibliothèque.

Laisser un commentaire

Entrez vos coordonnées ci-dessous ou cliquez sur une icône pour vous connecter:

Logo WordPress.com

Vous commentez à l'aide de votre compte WordPress.com. Déconnexion /  Changer )

Photo Google+

Vous commentez à l'aide de votre compte Google+. Déconnexion /  Changer )

Image Twitter

Vous commentez à l'aide de votre compte Twitter. Déconnexion /  Changer )

Photo Facebook

Vous commentez à l'aide de votre compte Facebook. Déconnexion /  Changer )

w

Connexion à %s