Dorit Rabinyan — Une chatte et un lièvre échangent leurs maisons [he] (2018)

עטיפה_-_חתולה_וארנבון_מחליפים_בתים(2)

« Tu fais quoi ce week end, le lièvre ?
— Salut la chatte. Rien du tout, tu as une idée ?
— J’ai pensé que peut-être… Nous pourrions échanger nos maisons ?
— Émanger nos chaisons ?
— Juste un jour ou deux…
— C’est une proposition géniale !
— Un peu séparément puis un peu ensemble…
— Super !
— À la ville tu feras le touriste, et moi je serais invitée à la campagne.  »

Le début de l’histoire est dans le 4e de couverture que je viens de traduire. Au début du livre, la chatte et le lièvre se lèvent chacun de leur côté, l’une à la ville, l’autre à la campagne et ils se préparent déjà à partir l’un chez l’autre.

Une chatte et un lièvre échangent leurs maisons (חתולה וארנבון מחליפים בתים) est un livre pour enfants écrit par Dorit Rabinyan et illustré par David Hall. Pardon. Une chatte et un lièvre échangent leurs maisons est un MAGNIFIQUE livre pour enfant écrit tout en poésie par Dorit Rabinyan et illustré superbement par David Hall. Je voulais le lire parce qu’il était de Dorit Rabinyan, je ne m’attendais pas à tomber sur une telle merveille.

J’ai lu sans conviction les premières pages avant de tomber amoureux. La beauté du texte et des illustrations se soutiennent et se mettent en valeur l’un et l’autre, de la même manière que la ville et la campagne sont mises en valeur par la joie d’y trouver ce qu’il n’y a pas chez l’autre. On veut profiter des musées et des théâtres comme le lièvre, profiter du calme et de la beauté des vallées comme la chatte. On a envie de s’arrêter cinq minutes et d’ouvrir les yeux pour apprécier la beauté de notre environnement que nous n’arrivons plus à voir.

Je peux passer plusieurs minutes par page, pour lire les quelques vers jusqu’à les faire sonner correctement tout en me réjouissant des détails des dessins et de leurs magnifiques couleurs. De plus, la fin est vraiment mignonne et attendrissante. Je vous recommande ce livre, pour vous et pour vos petits et petites.

Sans être trop dur, l’hébreu n’y est pas exactement facile. Le vocabulaire est un peu chic avec une syntaxe un peu inhabituelle du fait du style poétique. Cela dit, le texte est court, donc surmontable. Et comme il sonne agréablement aux oreilles, cela en fait un exercice accessible et délectable.

דורית רביניאן, איור: דיויד הול, חתולה וארנבון מחליפים בתים, עם עובר, 2018.

Publié par

Nicolas Legrand

J'aime beaucoup la clarinette et l'hébreu. Parfois, je fais de l'informatique en bibliothèque.

Laisser un commentaire

Entrez vos coordonnées ci-dessous ou cliquez sur une icône pour vous connecter:

Logo WordPress.com

Vous commentez à l'aide de votre compte WordPress.com. Déconnexion /  Changer )

Photo Google+

Vous commentez à l'aide de votre compte Google+. Déconnexion /  Changer )

Image Twitter

Vous commentez à l'aide de votre compte Twitter. Déconnexion /  Changer )

Photo Facebook

Vous commentez à l'aide de votre compte Facebook. Déconnexion /  Changer )

Connexion à %s