Yoram Kaniuk — Pierre (2013)

pierre

« Pierre n’est pas né. Il s’est donné la vie à l’intérieur d’une poubelle de Ramat Gan. Ma fille l’a trouvé dans cette poubelle à côté de Beit Zvi [célèbre école d’acteurs]. Il avait à peu près un mois. Un chiot gris noir, il était couché, tremblant dans les ordures, il s’est assis au milieu de la puanteur et a regardé ma fille avec des yeux qui se sont ouverts en son honneur, depuis le désespoir dans lequel il est né.

Elle fut la première personne qui au-delà de le regarder, l’a aussi vu. »

Yoram Kaniuk, Pierre, 2013.

Pierre Kaniuk est mort très vieux, à 20 ans, sourd, aveugle, dévoré par le cancer. Un de ses maître, le célèbre écrivain Yoram Kaniuk ne se remet pas de sa mort. Il écrit un récit poignant où il se rappelle des épisodes de la vie de son chien. Il décrit avec amour sa personnalité et se lamente de sa mort. Qu’un chien comme Pierre puisse mourir est pour lui une preuve d’absence de justice dans ce monde. L’auteur est à ce point abattu qu’il confesse ne pas avoir été aussi triste pour la mort de ses parents.

C’est un récit qui a réveillé chez moi de nombreux souvenirs. Je suis fils de vétérinaire, les histoires de maîtres dévastés amenant leur animal pour l’euthanasier étaient fréquentes à la maison. Le texte de Kaniuk m’a saisi par la justesse avec laquelle il décrit cette douleur dont nous étions régulièrement les témoins. C’est un court et joli texte qui narre la vie entière d’un petit chien, adoré par sa famille. Yoram Kaniuk donne une belle voix à la tristesse de tous ceux qui sont désespérés d’avoir perdu leur animal de compagnie.

Comme il est classé en littérature jeunesse dans le SUDOC, je m’attendais à un texte facile, il s’agit plutôt d’un texte court. Or Kaniuk emploie un vocabulaire riche et une syntaxe élégante qui sont un peu rude pour le débutant. Le texte a été publié une première fois en février 2013, sur le blog de Kaniuk, puis en juin de la même année, un mois après la mort de l’auteur, dans une jolie édition illustrée par Karen Lee Vendriger. Le livre n’est à ce jour pas traduit en français.

יורם קניוק, פייר, איורים : קרן לי ונדריגר ,תל אביב, ידעיות אחרונות, 2013. מסת״ב: 978-965-545-795-7. Sudoc.

pierre2

Publié par

Nicolas Legrand

J'aime beaucoup la clarinette et l'hébreu. Parfois, je fais de l'informatique en bibliothèque.

Laisser un commentaire

Entrez vos coordonnées ci-dessous ou cliquez sur une icône pour vous connecter:

Logo WordPress.com

Vous commentez à l'aide de votre compte WordPress.com. Déconnexion /  Changer )

Photo Google+

Vous commentez à l'aide de votre compte Google+. Déconnexion /  Changer )

Image Twitter

Vous commentez à l'aide de votre compte Twitter. Déconnexion /  Changer )

Photo Facebook

Vous commentez à l'aide de votre compte Facebook. Déconnexion /  Changer )

w

Connexion à %s