Meir Shalev — Ma grand-mère russe et son aspirateur américain (2013)


Avant toute chose, ne lisez pas la présentation de l’éditeur ou le 4e de couverture si vous comptez lire ce livre en profitant de son suspens : on y explique pourquoi grand-mère Tonia n’a utilisé son aspirateur qu’une seule fois. Et ça, c’est un peu comme si on écrivait le nom de l’assassin dans la présentation d’un policier : ça gâche tout, ou presque. Bref, lisez-moi plutôt.

Cette histoire a deux héros principaux, un aspirateur et sa propriétaire, grand-mère Tonia, la grand-mère de l’auteur. Grand-mère Tonia est obsédée par la propreté. Elle émigre en Palestine dans les années 1930 et découvre un pays avec deux saisons : la saison de la poussière et la saison de la boue. Dès lors, elle mène une guerre sans merci à la saleté, faisant vivre un enfer hygiéniste à toute sa famille. N’espérez pas faire rivaliser les fous du ménage de votre entourage avec grand-mère Tonia, je connais quelques cas lourds, ils ne lui arrivent pas à la cheville.

Elle vit à Nahalal, un moshav de Galilée avec son mari Aharon, un idéaliste pétri de sionisme socialiste. Ce dernier éprouve le plus grand mépris pour son frère Yeshayahou qui a snobé le sionisme pour s’investir dans le commerce aux États-Unis d’Amérique. Aharon refuse tous les cadeaux de Yeshayahou, issus de l’argent sale du capitalisme et les lui renvoie. Yeshayahou cherche à le piéger en lui faisant un cadeau qu’il ne pourra pas refuser et finit par trouver : un aspirateur américain haut de gamme, immense, sans doute le premier du genre à arriver en Palestine en 1936, un aspirateur grand luxe pour sa femme obsédée par la propreté. Cet aspirateur est devenu une légende dans le moshav et dans la famille de Meir Shalev.

Durant tout le roman, l’auteur maintient le suspens sur la raison pour laquelle grand-mère Tonia ne l’a utilisé qu’une seule fois. Il raconte l’histoire de sa famille et la marque profonde qu’a laissée sa grand-mère excentrique dans les esprits. Il décrit avec espièglerie son vocabulaire fleuri et ses expressions teintées de russe qui sont rentrés dans le lexique familial. Il lui arrive de raconter pour une même anecdote les différentes versions qui en existent selon le narrateur.

C’est un roman touchant et passionnant sur une famille israélienne et son histoire. Dans la traduction, le style est parfois un peu haché, mais l’excentricité impitoyable de grand-mère Tonia maintient une jubilation constante dans la lecture.

Je regrette certains choix de traduction, comme la formule qu’utilisait grand-mère Tonia pour commencer une histoire véridique : « Ça c’est passé comme ça » (הדבר היה ככה, littéralement, « la chose était comme ça »). Cette formule est le titre du roman en hébreu. Elle introduit aussi le roman et est répétée à de nombreuses reprises dedans. Elle a été traduite par « alors voilà » que je trouve un peu trop lapidaire. C’est toujours un peu louche quand la traduction française contient moins de syllabes que l’hébreu. Une autre déception que j’ai eue sur le vocabulaire de grand-mère Tonia, c’est le verbe signifiant « érafler les murs » qu’elle néologise en hébreu à partir du yiddish « kratz » (קראצ, grattage). On aurait pu imaginer un néologisme en français comme « kratzer » pour dire « ne me kratze pas les murs » au lieu de « ne me racle pas les murs » qui a été retenu. Bref, des petits détails sur lesquels je voulais pinailler, heureusement, le livre contient beaucoup d’occasions de se réjouir.

Si ce livre vous fait envie, n’hésitez pas à le lire ! Attention cependant, je vous le répète : ne lisez pas le 4e de couverture !

Meir Shalev, Ma grand-mère russe et son aspirateur américain, trad. Sylvie Cohen, Paris, Gallimard, 2013. ISBN 978-2-07-013114-3.

מאיר שלו, הדבר היה ככה, תל אביב, עם עובד, 2009. מסת״ב 978-965-13-2138-2.

Publié par

Nicolas Legrand

J'aime beaucoup la clarinette et l'hébreu. Parfois, je fais de l'informatique en bibliothèque.

2 réflexions au sujet de “Meir Shalev — Ma grand-mère russe et son aspirateur américain (2013)”

Laisser un commentaire

Entrez vos coordonnées ci-dessous ou cliquez sur une icône pour vous connecter:

Logo WordPress.com

Vous commentez à l'aide de votre compte WordPress.com. Déconnexion /  Changer )

Photo Google+

Vous commentez à l'aide de votre compte Google+. Déconnexion /  Changer )

Image Twitter

Vous commentez à l'aide de votre compte Twitter. Déconnexion /  Changer )

Photo Facebook

Vous commentez à l'aide de votre compte Facebook. Déconnexion /  Changer )

Connexion à %s