Apprendre vite une langue étrangère, un exemple avec l’hébreu

Un oulpan à Dimona, 1955. source Wikipedia.

Les gens que je rencontre sont parfois étonnés au premier abord par mon niveau d’hébreu. Où est-ce que je l’ai appris ? Depuis combien de temps ? Quand je réponds à ces questions on me regarde d’un air sceptique. De mon point de vue, c’est aussi assez étrange car je suis loin d’en avoir fini avec mon apprentissage, je fais beaucoup de fautes et je butte sur beaucoup de mots, mais oui, je peux lire les journaux et la littérature sans trop de soucis, je peux suivre la radio, un peu moins bien la télé et je peux avoir des conversations sur toutes sortes de sujets. J’ai commencé à apprendre l’hébreu il y a moins de quatre ans. Je pense devoir mes progrès en partie à un travail régulier et obsessionnel, mais cette réponse semble souvent insuffisante, alors maintenant je vais en dire un peu plus sur ma méthode. Tout a commencé par un objectif raisonnable.

Continuer la lecture de Apprendre vite une langue étrangère, un exemple avec l’hébreu

Yael Neeman — Il était une fois une femme (2018)

Il était une fois une femme (היֹה היתה, on pourrait même oser Elle était une fois comme traduction) a été de nombreuses fois salué par la critique littéraire israélienne. J’hésitais à le lire. Il arriva sur la liste courte du prix Sapir 2019, mais ne le reçut pas. J’hésitai à nouveau. Et finalement, c’est une amie qui me surprit en me le passant. Alors je le lus. Plutôt qu’un roman, c’est un documentaire. Et ça remue tout dans les tripes.

Le livre parle de Pazit, morte d’un cancer en 2002. Pazit naquit dans un camp de transit en Allemagne de parents juifs polonais rescapés de la Shoah, sa famille monta en Israël peu de temps après sa naissance et s’installa à Holon. Avant sa mort, Pazit chercha à effacer complètement son existence.

Continuer la lecture de Yael Neeman — Il était une fois une femme (2018)

Quand France culture parle d’Izraël

Aujourd’hui je vous invite à lire un article sur mon blog professionnel, EPROTO. Ce blog est plutôt dédié à l’informatique en lettres et sciences humaines et sociales, mais cette fois-ci, je parle d’hébreu, d’Israël, de comment on en parle dans les médias français et je vous invite à apprendre le plus de langues étrangères possibles :

https://eproto.hypotheses.org/417

C’est un peu long, mais vous verrez, c’est intéressant !

WC — Le’olam lo nicana’

WC est un duo énergique qui n’a pas honte d’être de gauche. Ce n’est pas rien dans un pays où « gauche » est une insulte et où il n’y a plus grand monde de gauche à la Knesset depuis longtemps. Le duo est composé de deux frères : Arie et Avshalom Hasfari. Ils sont deux des enfants de Shmuel Hasfari et Hanna Azoulaï-Hasfari, deux célèbres artistes israéliens engagés à gauche. Les deux frères se connaissent depuis longtemps, cependant l’histoire de ce groupe est récente. C’est en devenant colocataires que les deux frères se découvrirent l’un l’autre et commencèrent à faire de la musique ensemble. C’est illustré par la chanson Slick (סליק), leur premier tube :

Soudain, il y a un sentiment d’unité entre nous, waï, qu’est-ce qui va se passer ici, waï, qu’est ce qui va se passer ici ?

Continuer la lecture de WC — Le’olam lo nicana’

Dov Alfon — Unité 8200 (2016 [he], 2019 [fr])

Unité 8200 (לילה ארוך בפריז, une longue nuit à Paris en hébreu) est un polar israélien de Dov Alfon. Un matin, un entrepreneur innovant israélien atterrit à l’aéroport de Roissy puis disparaît aussitôt. La police française commence à mener l’enquête, assistée d’un représentant de la police israélienne. Un colonel des services de renseignement de Tsahal présent par hasard, Abadi, propose aussi ses services. Ce membre de l’unité 8200, est notre personnage principal. Il apparaît assez vite que le commando chinois responsable de l’enlèvement s’est trompé de victime. Qui est le véritable Israélien recherché ? D’où vient ce commando chinois ? Comment cela se fait-il que le colonel Abadi soit fortuitement à Paris quand l’affaire commence ? Toute l’histoire sera réglée en vingt-quatre heures. Je vais vous parler ici de la version hébraïque seulement. La version française, traduite depuis la version anglaise (scandale) ne sortira que le 11 avril 2019. Elle a été de plus remaniée pour être adaptée au public français.

Continuer la lecture de Dov Alfon — Unité 8200 (2016 [he], 2019 [fr])

Y. Meir, M. Wilensky, Sh. Damari — Hora Mamtera (1952)

« L’allégresse d’un flux dans le tuyau
Des tuyaux — les artères du Negev
C’est la route du psaume
Du robinet à la motte de terre
Les eaux monteront des abysses.
»

Je n’étais pas tout à fait prêt à encaisser l’existence de Hora Mamtera (הורה ממטרה), la hora de l’arroseur. C’est une chanson propagandiste vouée au génie agricole sioniste, en particulier les cultures dans le désert. Elle est constituée d’un texte assez mauvais de Yehi’el Mar [he] sur une mélodie de Moshe Wilensky [he]. C’est une hora, une danse d’Europe centrale devenue traditionnelle en Israël. Avec un orchestre et un chœur, elle est exécutée par la célèbre chanteuse yéménite Shoshana Damari, « l’Édith Piaf israélienne ». Le kitsh et le ridicule sont appuyés par la force et le sérieux de Damari.

Continuer la lecture de Y. Meir, M. Wilensky, Sh. Damari — Hora Mamtera (1952)

Festival du film israélien de Paris du 19 au 26 mars 2019

Cette année encore le festival du film parisien présente une excellente affiche et ça va être compliqué de faire ses choix… On m’a recommandé Synonyme, un film sur un Israélien qui fuit à Paris. J’avoue être assez attiré par le docu sur la vie incroyable du poète yiddishophone et partisan Avrom Sutskever :

Il faudra vraiment que je puisse m’organiser un jour pour pouvoir mieux suivre cet évènement.

Avrom Reyzen — L’homme qui causa la chute du temple (2018)

Et voilà, le centre d’intérêt de ce blog s’éloigne un peu d’Israël et de l’hébreu pour s’intéresser aussi à une autre langue juive et sa littérature. Voici le premier livre que j’ai lu en yiddish : L’homme qui causa la chute du temple d’Avrom Reyzen (דער ייִד וואָס האָט חרובֿ געמאַכט דעם טעמפּל פֿון אַבֿרהם רייזען) sorti en 2018 dans la collection yiddish-minibilingues de la Bibliothèque Medem. La traduction est de Nadia Déhan-Rotschild

Qu’est-ce que j’aurais aimé avoir un tel recueil quand je m’initiais à la littérature hébraïque ! Je dus pendant longtemps promener deux livres pour lire côte à côte l’original et sa traduction. L’horreur. Ici, c’est parfaitement calibré pour les débutants : c’est beau, c’est bien, c’est court.

Continuer la lecture de Avrom Reyzen — L’homme qui causa la chute du temple (2018)

Yishaï Sarid — Le troisième temple ([he] 2015, [fr] 2018)

Ouah, pensai-je en découvrant le concept du livre. Ouah, me dis-je à chaque page. Ouah. Le troisième temple, ou encore plus simplement en hébreu, « le troisième » (hashlishi,השלישי)… Voilà un roman qui décoiffe. Un roman d’anticipation, une dystopie. C’est un 1984 sioniste religieux, un Daech juif fictionnel.

Le livre commence par la préface de l’éditeur scientifique : lors de la conquête du royaume de Judée, la 2e armée captura le prince Yehonathan, fils du roi Yehoaz. Pendant son emprisonnement à Jaffa, il écrivit le texte présenté dans ce livre, source exceptionnelle pour l’étude de royaume de Judée et de la fondation du troisième temple avant leur destruction.

Continuer la lecture de Yishaï Sarid — Le troisième temple ([he] 2015, [fr] 2018)