Avrom Reyzen — L’homme qui causa la chute du temple (2018)

Et voilà, le centre d’intérêt de ce blog s’éloigne un peu d’Israël et de l’hébreu pour s’intéresser aussi à une autre langue juive et sa littérature. Voici le premier livre que j’ai lu en yiddish : L’homme qui causa la chute du temple d’Avrom Reyzen (דער ייִד וואָס האָט חרובֿ געמאַכט דעם טעמפּל פֿון אַבֿרהם רייזען) sorti en 2018 dans la collection yiddish-minibilingues de la Bibliothèque Medem. La traduction est de Nadia Déhan-Rotschild

Qu’est-ce que j’aurais aimé avoir un tel recueil quand je m’initiais à la littérature hébraïque ! Je dus pendant longtemps promener deux livres pour lire côte à côte l’original et sa traduction. L’horreur. Ici, c’est parfaitement calibré pour les débutants : c’est beau, c’est bien, c’est court.

Continuer la lecture de Avrom Reyzen — L’homme qui causa la chute du temple (2018)

Yishaï Sarid — Le troisième temple ([he] 2015, [fr] 2018)

Ouah, pensai-je en découvrant le concept du livre. Ouah, me dis-je à chaque page. Ouah. Le troisième temple, ou encore plus simplement en hébreu, « le troisième » (hashlishi,השלישי)… Voilà un roman qui décoiffe. Un roman d’anticipation, une dystopie. C’est un 1984 sioniste religieux, un Daech juif fictionnel.

Le livre commence par la préface de l’éditeur scientifique : lors de la conquête du royaume de Judée, la 2e armée captura le prince Yehonathan, fils du roi Yehoaz. Pendant son emprisonnement à Jaffa, il écrivit le texte présenté dans ce livre, source exceptionnelle pour l’étude de royaume de Judée et de la fondation du troisième temple avant leur destruction.

Continuer la lecture de Yishaï Sarid — Le troisième temple ([he] 2015, [fr] 2018)

Hadag Nahash — Welcome to Izrael (2018)

Disons le franchement, je n’eus pas de gros coup de cœur musical israélien en 2018. Cela dit, Welcome to Izrael (וולקאם טו איזראל) le dernier album d’Hadag Nahash est particulièrement plaisant. Je vous parlai déjà il y a un an de son premier simple, ‘Od iyeh tov qui me plut beaucoup. Je vais vous présenter quelques autres pistes maintenant.

Sa, סע

Sa est une chanson qui parle de l’âge qui s’abat sur les membres du groupe. Elle est très dansante. « Sa » (סע) veut dire « avance ». La prononciation dans le refrain est orientale (le ayin est bien sonore). La partie de Shaanan Streett est particulièrement drôle, il raconte être allé chez le docteur et ce dernier lui explique qu’il traite son corps comme une poubelle. Le médecin lui interdit le café, le thé, l’alcool, le hummus, les pitas, ne lui autorise la viande rouge que pour son anniversaire et un verre de vin pour le kiddush. Tu es médecin ou sadique ? Furieux, il part voir un autre médecin qui lui dit exactement la même chose. On enchaîne alors avec le refrain :

Continuer la lecture de Hadag Nahash — Welcome to Izrael (2018)

Itamar Orlev — Voyou (2015 [he], 2018 [fr])

Lors de la rentrée littéraire 2018, Parutions.com me contacta pour me proposer de chroniquer Voyou d’Itamar Orlev (בנדיט מאת איתמר אורלב). Ce livre était passé sous mon radar et avait l’air très intéressant, j’acceptai avec joie. Je contactai au même moment l’éditeur israélien, Am Oved, pour obtenir la version hébraïque. Ce lundi, ma chronique sortit chez Parutions.com, je vous invite à aller lire ce compte rendu de l’histoire passionnante de Tadek qui va retrouver en Pologne son père mourant. Toute la famille avait fui il y a plus de 20 ans ce père violent et alcoolique en émigrant en Israël. Le roman est absolument génial et basé sur des faits réels : la vie d’Ami Tadeusz Drozd, monteur et réalisateur israélien.

Une partie de cette chronique dut être coupée pour rentrer dans le cadre éditorial de Parutions.com. Je vous livre ici en supplément une partie assez critique vis-à-vis de la traduction française. Attention cependant, c’est une bonne traduction qui vous fera profiter de ce livre, je ne pointe ici que quelques regrets qui sont en grande partie liés au fait que je n’aime pas l’école de traduction de Laurence Sendrowicz, qui réécrit énormément pour gommer la langue originale. Je crois au  contraire qu’il faut laisser les autres langues influencer le français. Enfin, même si je trouve que Sendrowicz réécrit trop, je reconnais qu’elle le fait avec talent.

Continuer la lecture de Itamar Orlev — Voyou (2015 [he], 2018 [fr])

Pardon de poser la question

cat1276_img_background592289297

Pourquoi es-tu gros ?
Ça t’est arrivé de connaître personnellement des terroristes ?
Qu’est-ce que tu vois ? Les Ténèbres ?
Combien de temps il te reste à vivre ?
Tu es juif ?
Tu imagines ta conjointe avec quelqu’un d’autre ?
Tu entends des voix ?

Pardon de poser la question (סליחה על השאלה, littéralement : pardon pour la question) est une émission de la télé publique israélienne (Kan, כאן) qui reprend le concept de « You can’t ask that [en] ». Le but de l’émission est de démonter des stéréotypes en donnant la parole à ceux qui les subissent. Le public envoie des questions à la chaîne sur une catégorie de personnes discriminées ou victimes de préjugés (homosexuels, transgenres, handicapés, jeunes, vieux, gros…). Les questions, la plupart politiquement incorrectes, sont ensuites lues par des gens issus de ladite catégorie. Ils les découvrent au fur et à mesure et y répondent. Le ton est souvent humoristique, les intervenants peuvent être agacés par les questions, mais ils sont rarement durs et répondent patiemment.

Continuer la lecture de Pardon de poser la question

‘Erev shel shoshanim par Jane Bordeaux et Israel Gurion

‘Erev shel shoshanim (ערב של שושנים) est un classique de la chanson hébraïque. Un tube international. Écrit par Moshe Dor et mis en musique par Yossef Hadar en 1957, la chanson fit et fait encore le tour du monde. Elle a été reprise par Nana Mouskouri, elle est chantée dans les shuls nord-américaines, elle est présente sur tous les disques de « berceuses du monde ». C’est justement sur un chouette disque comme ça que je la découvris, en tiquant un peu, parce que le « h » de « ahava » (amour, אהבה) est presque raclé comme un son « r » sourd. Si on veut faire chic, ou snob, ou désuet, on peut prononcer le « h, ה » hébraïque à l’anglaise, bien qu’il ait tendance à disparaître dans l’hébreu de tous les jours. Mais le prononcer avec un « r » sourd comme un « khaf, כ » ? C’est exagéré. Je l’ai entendu plus d’une fois chanté par des non hébréophones et j’ai souvent entendu cette bizarrerie. J’ai cherché une version chantée par des Israéliens pour faire écouter à mon entourage comment le prononcer correctement. Et soudain, je suis tombé sur la meilleure version de tous les temps de cette chanson. Si j’ai le malheur d’y penser, je la mets, si j’ai le malheur de la mettre, je la remets compulsivement plusieurs fois. Il n’y a pas de raison que je sois le seul à subir cette malédiction, écoutez vous aussi ‘Erev Shel Shoshanim par Jane Bordeaux et Israel Gurion :

Continuer la lecture de ‘Erev shel shoshanim par Jane Bordeaux et Israel Gurion

Mais que dit Salomon quand la police rentre dans la synagogue ?

Ha voici une vraie question qui touche le cœur de la culture française. Il s’agit des aventures de Rabbi Jacob bien sûr. Le passage évoqué dans le titre passe peut-être inaperçu après un « Comment, vous Salomon, vous êtes Juif ? » ou encore « Rabbi Jacob il va danser », mais il est assez intéressant à étudier quand on remet le film dans le contexte de son époque.

Lorsque les policiers entrent dans la synagogue, Salomon est persuadé qu’il s’agit des assassins à la poursuite de son ancien patron déguisé en rabbin et de son acolyte révolutionnaire arabe. Salomon bondit sur la bimah (l’estrade d’où on lit la Torah), crie pour qu’on l’écoute et se met à parler une langue qui n’est plus du français. Toute l’assemblée comprend, se tourne en même temps vers les policiers, dresse les châles de prière dans les airs et fond sur les pauvres fonctionnaires du ministère de l’intérieur. Hector Pivert déguisé en Rabbi Jacob peut s’enfuir avec Slimane.

Mais que dit Salomon, en quelle langue parle-t-il ?

Continuer la lecture de Mais que dit Salomon quand la police rentre dans la synagogue ?

David Grossman, Hadag Nahash, Ahuva Ozeri — Le chant de l’autocollant (2004)

J’ai déjà parlé ici séparément de David Grossman et d’Hadag Nahash. Sachez que le célèbre auteur et le groupe de rap ont créé ensemble une chanson exceptionnelle : שירת הסטיקר, le chant de l’autocollant. La grande chanteuse et compositrice Ahuva Ozeri [en] participe aussi à cette œuvre en vedette invitée, avec une mélodie jouée au bulbul tarang. Cette chanson est le genre de petite merveille qui sort peu des milieux hébréophones et qui mérite d’être plus connue.

Si vous êtes hébréophone, plutôt que de me lire, écoutez le podcast de Shir ehad (שיר אחד), ce billet n’en est qu’un résumé maladroit. Le chant de l’autocollant, c’est le premier poème de David Grossman, constitué de slogans politiques des années 1990 que les gens collaient sur les voitures. C’est un texte incroyable, un texte génial. C’est un texte violent, dérangeant et très politique. Vous pouvez trouvez la chanson traduite (en anglais) et commentée sur le site Teach Me Hebrew, allez l’écouter et la lire :

https://www.teachmehebrew.com/the-sticker-song-by-hadag-nachash.html

C’est quelque chose non ?

Continuer la lecture de David Grossman, Hadag Nahash, Ahuva Ozeri — Le chant de l’autocollant (2004)

The Jews are coming

Vous vous rappelez quand je disais que « Les Juifs arrivent » (la satire hilarante sur les Juifs, de la Bible aux sionistes) n’était disponible qu’en hébreu ? Hé bien si on fait une recherche sur Youtube avec « The Jews are coming », on trouve quelques épisodes sous-titrés en anglais ! Les anglophones sauront désormais pourquoi il n’y a pas « Tu ne violeras pas » dans les commandements. Vous saurez que c’est très mal de traiter quelqu’un de Nazi, même Adolf Hitler. Vous verrez ce que pensait Seinfeld de la religion d’Abraham, à l’époque d’Abraham. Vous saurez dans quelles conditions la première transplantation cardiaque a eu lieu en Israël. Vous verrez l’épisode des prêtres que j’ai précédemment traduit en français. Vous verrez quels pressions la production hollywoodienne a mis sur Spielberg pour réaliser la liste de Schindler. Et vous conviendrait finalement que si vous pouvez dansez avec la Torah, embrasser la Torah, alors pourquoi ne pouvez-vous pas aussi vous marier avec la Torah ?

Ha et aussi vous saurez tout sur la circoncision d’Isaac et Ismaël :

Heureux que vous êtes !

Échange avec Ala Hlehel à propos de son roman « Au revoir Acre »

La version hébraïque du roman palestinien Au revoir Acre d’Ala Hlehel est un de mes chouchous de cette année. Plus que d’habitude, j’avais envie de poser de nombreuses questions à son auteur, sur le livre, sur lui et sur la situation particulière des Palestiniens citoyens d’Israël. J’ai contacté Ala Hlehel et je le remercie vivement d’avoir bien voulu répondre à mes questions. Notre échange s’est fait en hébreu je le traduis ici en français. J’essaye en général de faire une traduction la plus littérale possible et n’hésite pas à tordre la syntaxe tant que la compréhension n’en pâtit pas trop. J’ai réécrit çà et là pour éviter un style trop lourd ou trop étrange en français.

Comment présentez-vous votre livre ? Qu’est-ce qui vous a fait écrire sur le siège d’Acre par Bonaparte ? Qu’est-ce qui, dedans, est historique et qu’est-ce qui ne l’est pas ?

L’idée du roman vient du poète Khana Abu Khana qui s’est adressé à moi en 2005. Il m’a dit : « j’ai commencé il y a près de 25 ans à faire des recherches sur le siège de Napoléon et il y a là une histoire très intéressante. Peut-être que tu pourrais écrire le roman à partir de mon travail ? » J’ai commencé à étudier l’idée et j’ai vraiment été captivé : du sang, de la sueur et beaucoup de larmes. Qu’a-t-on besoin d’autre pour un bon drame ?

Ce livre est à mes yeux une hybridation entre l’histoire et l’imagination, un genre d’acrobatie très développée entre la tentative de garder le cadre historique des événements et la grande liberté que permet la fiction littéraire.

Continuer la lecture de Échange avec Ala Hlehel à propos de son roman « Au revoir Acre »